Appel à communication Cahiers Victor Segalen 2019 N° 4 : Traduire Segalen

Nous envisageons de consacrer le 4e numéro des Cahiers Segalen à la traduction de ses œuvres.

Les études de traduction connaissent depuis quelque temps un véritable engouement dans la recherche universitaire. Mais, dans la mesure où Segalen crée son œuvre en se situant systématiquement à la frontière entre deux cultures, la sienne propre et celle qui fait l’objet de sa représentation littéraire (la Polynésie et la Chine essentiellement), les problèmes posés par son œuvre du point de vue des études de traduction sont tout à fait spécifiques.

Bei Huang avait proposé, sur le blog de l’Association (le 13 juillet 2011, voir https://associationvictorsegalen6.blogspot.com/search?q=huang+bei) une réflexion sur sa traduction de Peintures. Muriel Détrie, dans l’article consacré, dans le n° 3 des Cahiers (2017), à « Victor Segalen vu par les lecteurs chinois », avait également proposé des pistes de réflexion à propos de la traduction en chinois de certaines stèles. Enfin, dans le cadre du colloque de Cerisy-la-Salle (4-11 juillet 2018), une table ronde sur le sujet, s’est tenue comportant deux volets : tout d’abord une présentation par les participants étrangers ou d’origine étrangère de l’état des traductions des œuvres de Segalen dans le pays qu’ils représentaient (Maria Zinfert pour l’Allemagne, Esther Lin et Bei Huang pour la Chine et Taiwan, Makoto Kinoshita pour le Japon, Charles Forsdick pour la Grande-Bretagne et les États-Unis) , puis une étude plus en détail de deux stèles, soit « Éloge d’une vierge occidentale » et « Au démon secret ».

Nous proposons de prolonger cette réflexion en envisageant les pistes suivantes :

  1. Un volet de présentations:

1.1. Dans la suite de ce que nous avons réalisé à Cerisy, il faudra prévoir une présentation pays par pays des traductions des œuvres de Segalen. On peut imaginer qu’il s’agirait du texte initial du volume, qui pourrait résulter des contributions semi-rédigées des participants qui étaient présents à la table ronde. Je suis prêt à me charger de la rédaction de ce texte, en soumettant aux participants un premier texte résultant des notes que j’ai prises durant la table ronde.

1.2. On attend également une présentation par les traducteurs eux-mêmes des difficultés rencontrées et des partis pris (de tous ordres : quel public visé ? quel type d’appareil critique ? quel registre de langue à adopter ? comment traduire, plutôt que la lettre, les effets produits par le jeu sur la double culture dans laquelle se situe le texte ? etc.), présentation qui devrait s’accompagner, bien entendu, d’exemples précis.

  1. Un volet d’études de textes traduits:

2.1. On pourra analyser la traduction d’un poème ou d’un extrait, mais aussi celle d’une œuvre entière.

2.2. Il est possible de s’intéresser à la traduction du « lexique segalénien », en particulier dans ses écrits théoriques (on songe au mot divers par exemple).

2.3. Une étude de certaines difficultés récurrentes (comme les problèmes liés à la double culture évoqués plus haut) pourra également être proposée.

  1. Un volet de comparaisons:

3.1. Ce peut être une comparaison entre plusieurs traductions dans une même langue d’un même ouvrage.

3.2. Dans le même esprit, mais selon une approche plus appliquée, ce peut être une comparaison entre deux ou plusieurs traductions dans une même langue d’un même poème ou d’un même extrait.

3.3 On peut encore envisager une comparaison d’un texte-source unique dans plusieurs langues, afin de révéler les partis pris par les traducteurs, mais également les ressources propres à chaque langue.

Ces quelques pistes n’excluent pas toutes les propositions s’inscrivant dans les études de traduction, propositions qui seront examinées avec soin.

 

Vous voudrez bien me soumettre les propositions d’article avant le 30 septembre 2018. Une réponse rapide vous sera fournie sur le principe même.

Ensuite, nous attendons les communications rédigées pour le 31 décembre 2018.

Je rappelle que les Cahiers Segalen paraissent tous les 2 ans, et que la prochaine livraison a lieu en 2019.

 

Philippe Postel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 22 16 28 05.

Les « traces alternées » de Victor Segalen : une exploration de sa correspondance (1893-1919)

Colloque international, Université de Bretagne occidentale, Centre d’étude des correspondances et journaux intimes

Date : 21-22 mai 2019

Lieu : Faculté des Lettres Victor Segalen, Brest

Responsable : Sophie Guermès

 

            Né à Brest, poursuivant ses études à Bordeaux, passant par Paris et Toulon, parcourant la Polynésie puis la Chine, traversant Djibouti, puis une partie de la Russie, Victor Segalen, médecin de la marine devenu écrivain, a laissé une correspondance abondante, monument littéraire de près de 3000 pages[1]. C’est lui que le Centre d’étude des correspondances et journaux intimes de l’université de Bretagne occidentale se propose de visiter, à l’occasion des commémorations du centième anniversaire de sa mort, survenue dans la forêt de Huelgoat le 21 mai 1919. En raison de ses nombreux et longs voyages, Segalen a souvent régné « par l’étonnant pouvoir de l’absence »[2] auprès de sa famille et de ses amis. Certaines de ses lettres tiennent de la chronique et relatent sa vie itinérante, d’autres portent en germe un projet littéraire. Quelle place la correspondance de Segalen tient-elle dans l’économie générale de son œuvre ?

            L’intense activité épistolaire de l’écrivain s’est déployée sur une période assez brève, et dans un cercle restreint, mais si les correspondants sont restés peu nombreux, les tonalités ont varié, à l’instar des lieux découverts. On évitera d’étudier de façon systématique les échanges avec tel ou tel destinataire, ou de privilégier un thème. Les approches stylistiques des lettres seront en revanche les bienvenues, ainsi que l’analyse de leur rhétorique, de leur poétique, de leur rythme, de l’humour qu’elles contiennent parfois, et de la polyphonie segalénienne. On étudiera aussi les liens entre les lettres et les autres textes de l’auteur, ainsi que les relations du genre épistolaire avec les autres genres constitutifs de l’œuvre de Segalen.

 

            Les propositions seront adressées avant le 31 octobre 2018 à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Comité scientifique :

Jean Balcou (UBO)

Marie Dollé-Cosnefroy (Université de Picardie)

Christian Doumet (Université Paris Sorbonne)

Sophie Guermès (UBO)

Marie-Josette Le Han (UBO)

Philippe Postel (Université de Nantes)

 

 

[1] Victor Segalen, Correspondance, présentée par Henry Bouillier ; texte établi et annoté par Annie Joly-Segalen, Dominique Lelong et Philippe Postel, 2 vol., Paris, Fayard, 2004.

[2] Cette expression est empruntée au poème « Éloge et pouvoir de l’absence », dans Stèles, de même que « traces alternées ». 

Conférence: Segalen médecin, archéologue et poète "en temps de détresse

Voici un lien pour écouter la conférence de Colette Camelin qui a ouvert le colloque intitulé Segalen 1919-2019 : "Attentif à ce qui n'a pas été dit qui  s’est tenu aCentre Culturel International de Cerisy du 4 au 11 juillet 2018.

https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/segalen-medecin-archeologue-et-poete-en-temps-de-detresse

Colette Camelin au CCIC

Tombeau de Ts'in - peindre avec Victor Segalen de Ye Xin

Merci à l'artiste Ye Xin d'être venu au Colloque de Cerisy "Attentif à ce qui n'a pas été dit" pour nous présenter le fruit de son dialogue à travers la peinture avec l'oeuvre de Victor Segalen.

Voici des photos de son oeuvre!

 

 

 

Recherche

Adhésion

  • Bulletin de cotisation

Bulletin de cotisation

ASSOCIATION VICTOR SEGALEN.

BULLETIN DE COTISATION 2018-2019

Read More